Profil du conférencier

Mayal Alexis Tshiabuila, CS  Voir/Ecouter

Membre du Conseil des conférences de la Science Chrétienne

Mayal Alexis Tshiabuila, CS

Coordonnées

Kinshasa, Congo Dem Rep (Kinshasa)
E-mail : tshiabuilalex@yahoo.com

Je suis né dans une zone rurale d’Afrique, de parents qui produisaient une agriculture de subsistance et, grâce à leur amour et à l’attention qu’ils m’ont portée, j’ai été béni par une bonne éducation. Toute la famille fréquentait une église chrétienne mais, une fois à l’université, j’ai réalisé que les enseignements de cette religion ne répondaient plus à mes attentes. A cette époque, je suivais également une formation pour devenir enseignant, mais les conditions sociales de cette profession dans mon pays étaient loin d’être désirables. J’étais préoccupé par mes perspectives d’avenir après tant d’années d’études, et j’avais l’impression que mon avenir s’assombrissait.

Mais un jour, en sortant du campus universitaire, je suis tombé sur quelqu’un qui avait en main un exemplaire de l’édition française du Héraut de la Science Chrétienne. C’était la première fois que je voyais ce magazine et, en le parcourant, j’ai été attirée par un article intitulé « Etre quelqu’un ». Croyant que j’allais apprendre comment devenir une personne importante, je l’ai lu avec intérêt. La logique de l’article était cependant très différente ; elle portait sur l’identité
de chacun de nous en tant qu’enfant bien-aimé de Dieu, par conséquent spirituel et complet. Cet article faisait également référence à la Bible et à un autre livre, Science et Santé avec la Clef des Ecritures, de Mary Baker Eddy. J’ai beaucoup aimé les idées de cet article. J’ai finalement pu obtenir un exemplaire du livre et j’ai été convaincu par la logique de la Science Chrétienne. J’ai commencé à assister aux services de la Science Chrétienne dans ma ville natale, à Kinshasa. 

Connaître la Science Chrétienne a transformé ma vie. Grâce à elle, j’ai eu une belle carrière professionnelle, d’abord au sein du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), puis au sein du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, avec, notamment, un passage au Cambodge dans le cadre d’une mission de maintien de la paix des Nations Unies. Ma pratique de la guérison en Science Chrétienne s’est développée en même temps, et j’ai finalement mis fin à mon travail de responsable pour les droits de l’Homme afin d’entrer à plein temps dans la pratique publique de la guérison. Je suis profondément reconnaissant à la Science Chrétienne pour ce qu’elle a apporté dans ma vie, et pour l’opportunité de partager avec les autres son message, qui inspire et transforme.


Titres des conférences disponibles

La découverte de la Science Chrétienne apporte l'espoir